Fiabilisation des bases de données

Le contexte

Les bases de données de l’ANFR rassemblent des informations de référence qui décrivent l’ensemble des émetteurs, antennes et fréquences utilisés sur le territoire national. Ces données procurent plus d’efficacité à la gestion des fréquences, car leur analyse a priori (appelée « coordination » des stations) permet de prévenir les brouillages, allégeant ainsi le contrôle du spectre en évitant de coûteuses interventions sur le terrain. Elles fournissent également des clés pour organiser localement le partage du spectre, qui permet de densifier l’usage des fréquences. Enfin, elles permettent des simulations d’exposition, utiles pour la détection des points atypiques que l’ANFR devra recenser aux termes de la loi. Toutefois, pour que ces bénéfices soient accessibles, il importe que ces données soient fiables. La fiabilisation des bases constitue ainsi un important enjeu de gestion des fréquences dans le contexte actuel d’évolution accélérée de l’usage du spectre.
Les données sont transmises par les exploitants des réseaux, alors que les émetteurs sont en général à l’état de projet. Lorsque l’exploitant a reçu un accord de l’ANFR pour implanter l’émetteur, ces caractéristiques peuvent évoluer à la marge, sans que les paramètres définitifs soient toujours notifiés à l’Agence. En outre, certains émetteurs, du fait de leur puissance trop faible, sont exemptés de déclaration et ne figurent donc pas dans les bases de l’ANFR, bien qu’ils concourent localement à l’exposition du public.
Après la mise en service de l’émetteur, l’exactitude de ces données peut être vérifiée par plusieurs moyens :

  • lors de contrôles de cohérence ou de calculs de compatibilité réalisés par les équipes de l’ANFR sur les données enregistrées ;
  • à l’occasion de vérifications effectuées sur le terrain par les agents du contrôle du spectre ;
  • depuis peu, via les signalements que le grand public peut apporter grâce à ses observations, en les rapportant aux plateformes collaboratives où les données de l’ANFR sont disponibles en open data ; cette approche a été préfigurée depuis plusieurs années par l’enrichissement du site web cartoradio.fr où apparaissent tous les sites d’émission des réseaux ouverts au public ou des réseaux d’entreprises ;
  • dans l’avenir, par des remontées d’information qui pourraient être obtenues via des applications de crowdsourcing, permettant d’obtenir des niveaux de champ à partir des smartphones des usagers volontaires acceptant d’apporter leur concours à cette initiative.
Proposition 1

L’Agence approfondira l’ouverture de ses données dans le cadre de sa politique open data et favorisera l’usage de ces données par une communauté d’usagers partenaires.

Proposition 2

L’Agence favorisera l’utilisation d’applications de crowdsourcing pour améliorer la fiabilisation de ses bases en recoupant les données disponibles dans ses bases et les niveaux de champ constatés par les capteurs des smartphones.

Apportez votre contribution au plan stratégique

Usages connexes

Enjeux connexes de la gestion des fréquences