Communications par satellite

La transmission de données par satellite s’est développée depuis les années 1980 avec la technologie VSAT (Very Small Aperture Terminal) utilisée pour les réseaux privés. Néanmoins, ce sont aujourd’hui les usages audiovisuels, aussi bien pour la diffusion que pour la distribution, qui constituent la principale source de revenus pour les opérateurs satellitaires et le resteront pour de nombreuses années.
Depuis peu, des développements technologiques dans la conception des satellites leur permettent de se positionner sur deux nouveaux segments de marché de la connectivité numérique :

  • l’accès internet fixe à haut-débit (puis à très haut-débit vers 2020), en complément de couverture des solutions terrestres ;
  • la connectivité offerte aux usagers des moyens de transports, notamment aujourd’hui ceux des bateaux ou des avions.

Les capacités de communications commerciales des avions (à distinguer des communications relatives à la sécurité et la régularité des vols) sont récemment apparues grâce à l’amélioration dans la conception des antennes : les carlingues d’avions de commerce permettent en effet désormais d’embarquer des antennes repointables. Deux solutions techniques coexistent actuellement, l’une dans la gamme 13-14 / 10-11-12 GHz, l’autre dans la gamme 30 / 20 GHz. Pour les moyen-courriers, une solution basée sur un réseau hybride combinant une composante terrestre et une composante satellitaire dans la gamme 2 / 2,2 GHz est en cours de développement en Europe et devrait être lancée au cours de l’année 2017.
D’autres moyens de transport sont entraînés dans cette évolution, comme les trains : des services commerciaux existent depuis quelques années sur certaines lignes (par exemple, les lignes Thalys) sans que soit encore apparue une généralisation de cette offre. Dans la gamme 2/2,2 GHz, où le pointage des antennes au sol n’est pas aussi important que dans les autres gammes de fréquences, l’entrée en service à la fin de l’année 2016 et au début de l’année 2017 de deux satellites desservant l’Europe permettra d’envisager des offres vers les trains, mais aussi probablement vers les automobiles.
L’accès internet fixe à haut-débit comme la connectivité offerte aux usagers des moyens de transports bénéficieront des travaux menés par l’ANFR au niveau européen et mondial sur les stations terriennes en mouvement lors de la CMR-19 et de la pérennisation des fréquences nécessaires dans la gamme 30 / 20 GHz.

Apportez votre contribution au plan stratégique

Enjeux connexes de la gestion des fréquences

Une réflexion au sujet de « Communications par satellite »

  1. Il serait bon que des fréquences totalement immunisées aux précipitations soient ouvertes ; actuellement, que ce soit en bande Ku (Astra2connect) ou Ka (Tooway), il reste des interférences en cas de nébulosité ou de précipitations, pouvant aller jusqu’à une rupture totale de service.

Les commentaires sont fermés.